Le premier ouvrage interactif pour instruire les Apprentis… avant qu’ils ne deviennent des Maîtres incultes

Get Adobe Flash player

Publicité : découvrez nos partenaires ci-dessous


Le Travail sur la Pierre Brute à l'aide du Ciseau et du Maillet


Dans cet énoncé, nous sommes en présence de plusieurs éléments dont il faut tenir compte avec attention. Le premier est le travail. Est-il possible pour un maçon de progresser sans effort ni travail ? La réponse est évidemment non. Vous souvenez-vous que nous ouvrons nos travaux (symboliquement) à Midi ? Nous sommes bien dans une notion d’action. Il faut retenir que le travail en question s’inscrit dans une logique de perfectionnement comme un rameur qui œuvrerait à contre-courant du fleuve afin de retourner à la source. Dans un premier temps son action consisterait à vaincre l’inertie. Dans un second temps, à dépasser la force antagoniste du courant. Et enfin, en mettant assez d’énergie dans son mouvement, pour obtenir un résultat tangible, faire avancer sa barque.

Votre action initiale, après votre Initiation, s’est déroulée sous l’œil attentif de votre Expert de Loge si vous êtes au REAA. A la demande du Vénérable Maître, il vous a fait réaliser votre premier Travail sur la Pierre Brute, avec le Ciseau et le Maillet. Si vous êtes au Rite Français, c'est le Second Surveillant qui vous a fait exécuter ce premier travail sur la pierre brute. Si votre Loge œuvre sérieusement sur le symbolisme, vous avez dû constituer un triangle avec vos trois premiers coups de Ciseau sur cette Pierre. Ce triangle devait être identique à celui que le Vénérable Maître avait imprimé quelques minutes plus tôt avec son Épée Flamboyante sur votre crâne et vos deux épaules[1]. Réfléchissez bien à ce que ce symbole recèle comme sens très profond.

La Pierre Brute est le premier des trois éléments matériels de votre rédaction. Gardez bien en tête qu’une pierre est brute tant que le travail humain ne s’est pas encore mis à l’œuvre pour la transformer. Avant de devenir pierre, elle était dans une carrière et formait un grand tout. Concevez l’idée que la carrière est l’ensemble non instruit, non dégrossi de l’humanité et la pierre est une représentation de vous-même. Le point de départ est ce grand tout informel, dont on extrait une pierre brute. Par l’action de votre volonté elle deviendra cubique. L’objectif est que cette pierre, devenue harmonieuse par sa forme et ses proportions géométriques, puisse ensuite servir à bâtir le Temple. Ce Temple, selon la légende, est celui de Salomon[2]. Mais il est aussi une représentation intérieure de l’Humain évolué, car éveillé par un travail d’unification. C’est justement en travaillant à l’érection et à l’amélioration de cet édifice que chacun devient meilleur et participe aux changements du monde. Puisque la Franc-maçonnerie s’appuie sur la symbolique de l’architecture et de la construction, ayez conscience que tout notre travail repose sur les problématiques que les bâtisseurs de cathédrales rencontrèrent lors de leurs prouesses technologiques de l’époque. Peut-être vous demandez-vous de quelles prouesses je parle ? Pensez simplement que l’obsession de l’architecte est de vaincre l’apesanteur. Cette loi de la gravité est une des nombreuses contraintes des Francs-maçons. Mais c’est aussi grâce à cette loi de la gravité que le Fil à Plomb, dont nous reparlerons plus tard, peut prendre toute son importance.

Comme vous pouvez le constater, tous les Symboles de la Loge sont interdépendants. Chaque message vient corroborer celui des autres Symboles. Une Loge est une symphonie de messages symboliques, qu’il faut apprendre à décoder, à écouter et à apprécier… et surtout à ressentir, afin de se reconnecter à ce que vous avez imprimé en vous lors de votre Initiation !

Après avoir envisagé le travail et la pierre brute, nous allons maintenant découvrir le Ciseau et le Maillet. Dans la trilogie Pierre/Ciseau/Maillet[3], il va de soi que chacun des trois trouve sa juste place. Essayez de vous imaginer en train de tailler une pierre uniquement avec un maillet ! Vous réussiriez à la briser en deux, mais en aucune manière à la tailler avec précision. La force serait mal dirigée et insuffisamment concentrée. Comme l’a dit Horace Walpole[4] : « La force sans l'intelligence s'effondre sous sa propre masse. » Si vous essayez de tailler une pierre sans maillet, juste en tapant avec votre ciseau, vous manquerez de force. Les deux outils que sont le ciseau et le maillet sont donc indissociablement complémentaires. Le Maillet représente le principe masculin de la force émettrice, par rapport au Ciseau qui représente le principe féminin, de la réception. Nous pourrions comparer le Maillet au Soleil qui émet et le Ciseau à la Lune qui reçoit. Nous pourrions aussi le mettre en relation avec d’autres éléments de la Loge. Le principe émetteur est caractérisé par l’Épée de l’Expert qui pousse les Frères et Sœurs lors des déplacements en Loge. Nous pourrions aussi observer le blanc du Pavé Mosaïque qui émet sa fréquence, issue de l’union des trois couleurs primaires (rouge, vert, bleu). Nous pourrions aussi parler de l’Orateur de la Loge, qui a pour Symbole le Soleil, ou la colonne du Midi qui est la plus lumineuse… Les exemples sont innombrables. Nous pouvons faire le même exercice avec le Ciseau qui reçoit la force dans sa partie supérieure. On comprend instinctivement que cet outil exerce une puissance d’attraction. Parmi les officiers de la Loge, c’est le rôle du Maître des Cérémonies d’être devant. Il attire et guide les Frères et Sœurs. On peut aussi parler du Secrétaire de Loge, qui est placé sous la Lune. C’est le principe féminin par excellence. Nous pourrions évoquer par la même occasion le carré noir du Pavé qui absorbe La Lumière. Parlons aussi de la colonne du Septentrion, celle qui est la moins éclairée. A ce sujet, ce mot de Septentrion est issu du latin, il signifie : « Les 7 bœufs de labour », car le maçon doit labourer sa propre terre pour se cultiver ! Vous comprenez bien la notion d’attraction pour permettre à la terre de se régénérer par ce mouvement attraction/répulsion. En alchimie, on appelle cela : « Dissolutions-Coagulations ». Séparer et réunir, retourner la terre pour permettre une germination. Ou, si vous préférez, faire mourir le grain de blé pour qu’il renaisse à nouveau dans le cycle incessant de la vie. Ce que les Maîtres maçons nomment la palingénésie[5].

Lisez la suite et terminez votre instruction : Suite dans le manuel 

Note : tous les textes de ce site sont sous copyright. Toute reproduction est interdite sans autorisation.

[1] Spécifique au REAA et aux Rites Egyptiens

[2] Un approfondissement des raisons historiques de ce choix n’est pas superflu. Vous pouvez commencer par cette page : http://tinyurl.com/templesalom

[3] A ne surtout pas confondre avec le jeu pierre / feuille / ciseaux J

[4] Homme politique, écrivain et esthète britannique. (1717-1797)

[5] Principe de régénération, cycle de vie-mort-renaissance.